S'identifier - Contact

Réédition et mise à jour de nos publications

Par afs • En vente à l'A.F.S. • Jeudi 15/03/2018 • Version imprimable

LES COLLECTIONS DE L'AFS

(page en cours de construction)


REPERES
L'ESSENTIEL CONNAISSANCE ELEMENTAIRE
étude d'un point de détail étude fondamentale synthétique étude fondamentale approfondie
pagination variable qq dizaines de pages une centaine de pages


 

Philosophie
Evolutionnisme
 
32 p. 3 €
 

Notre univers en faux-semblant repose sur des impostures forgées par quelques hommes : Rousseau, Marx, Freud, Darwin... Peu de gens le savent, beaucoup en souffrent ; mais parmi ceux-ci un nombre croissant s'en doute. Il convient de les éclairer à la mesure de nos moyens.

 

L'analyse critique de la théorie transformiste effectuée par le Dr Michael Denton donne à Louis d'Anselme l'occasion de présenter brièvement l'état des hypothèses en matière d'origine des espèces et d'émergence de la vie.

 
16 p. 2 €
 

Le 22 octobre 1996, Jean-Paul II adressait à l’Académie pontificale des sciences un message sur l’origine de la vie et l’évolution, qui fut longuement commenté dans la grande presse :

 

« L’Église se rallie enfin à la théorie de Darwin »,

titrait Le Monde du 29.11.96.

 

La controverse sur l’évolution ayant été ainsi puissamment réactivée, nous pensons utile d’en évoquer certains aspects à travers un livre paru à l'époque sur le sujet : Création et Rédemption, d’André Boulet.

Idéologies


20 p. 2 €

 

La théorie du gender est une divagation sans aucun fondement scientifique. Elle est démentie par les faits et les réalités. Cela est normal : avançant des pétitions de principe sans souci du réel, ses raisonnements ne peuvent donner que des conclusions aberrantes.

 

 

 

Selon le mot de Dale O’Leary, le féminisme du genre est un système fermé contre lequel il n’y a pas moyen d’argumenter. On ne peut ni faire appel à la nature, ni à la raison, ni à l’expérience, ni à l’opinion ou aux désirs des femmes véritables, car selon les gender feminists, tout cela est « socialement construit ».

 

 

En somme tout ce qui permet de raisonner pour arriver ensemble à une même conclusion est écarté d’office pour imposer un point de vue follement arbitraire. La pseudo-libération mène à l’esclavage de la folie. L’erreur se constate parce qu’elle se trompe justement là où elle se croyait forte.



Education
Principes

 24 p. 2 €

 

La formation des hommes de caractère est un impératif dans une société qui a perdu toute référence morale et qui n'est plus guidée que par les passions. Pour remettre sur pied la société, il faut y replacer des chefs de conviction, avec des morales intérieures fortes. C'est le rôle des familles vis-à-vis de leurs enfants, des éducateurs scolaires vis-à-vis de leurs élèves, des clercs vis-à-vis de leurs ouailles.

 

Cette étude passe en revue les défis, les difficultés de cette tâche exigeante (chapitre II), mais donne aussi les objectifs d'une éducation réussie (chapitre III). La société est à l'image des hommes qui la composent. Reconstruire l'une, c'est former les autres, et dans ce domaine, il n'est jamais trop tard pour agir (chapitre I).

 

L'histoire des grands hommes et des saints montre qu'un seul homme peut soulever des montagnes. C'est un défi permanent qui n'est pas propre à notre temps, mais qui est le lot de toutes les générations

Médias

24 p. 2 €
 

Les dirigeants mondialistes veulent un pouvoir total sur l’ensemble de la population de la planète. Il leur faut pour cela obtenir en permanence, la soumission complète de tous les hommes, dans toutes leurs activités.

 

La force seule ne peut suffire à maintenir les populations dans le respect du système esclavagiste qu’ils projettent de mettre en place. Il faut, comme disait JJ. Rousseau, que l’homme en vienne à "aimer ses fers". Ce n’est pas encore suffisant : il faut lui enlever jusqu’à l’idée même de rechercher un autre état de choses qu’il pourrait percevoir comme plus souhaitable. Et naturellement lui ôter toute idée de révolte contre le monde dans lequel il vit, présenté comme « le meilleur des mondes » possibles.



Politique
Mondialisme


120 p 12 €

Connaître les tenants et aboutissants du mondialisme est une nécessité, car il finit par envahir tous les domaines du monde moderne : religion, politique, économie, santé, etc.

 

Ses réalisations ne se sont pas faites en un jour et le mérite de cette brochure est d'en montrer les différentes phases, de ses origines (conférence A) à aujourd'hui (conférence D), en passant par le tournant stratégique du 11.09.2001 (conférence B).

 

Une dernière partie (conférence C) aborde l'aspect religieux de cette idéologie, non moins néfaste, car imprégnée d'un panthéisme ancien et suspect, habillé sous les couleurs modernes de l'écologie. Or ce n'est certainement pas le Christ qui sous-tend cette idéologie, mais plutôt son Adversaire, qu'il importe de débusquer derrière un charabia ésotérique destiné à rassurer le "bon peuple" ou les "idiots utiles", agents inconscients d'un système mortel pour l'avenir de l'humanité.


8 p. 2 €

Les actes terroristes du 11 septembre 2001 marquent un tournant dans l'histoire du monde : c'est à partir de là que commença la « guerre contre le terrorisme ».

 

Cette brochure a pour objet d'en identifier les causes et de confronter l'explication officielle aux enquêtes menées par des personnes indépendantes, en analysant leurs résultats et les conséquences qu'ils impliquent.

 

Seul le cas des trois tours de New-York sera traité.

 Révolution / Esprit révolutionnaire
60 p . 6 €

Le combat qui oppose certaines forces dans les domaines politique et économique d'aujourd'hui a son équivalent dans le domaine spirituel : ce sont deux clans qui s'affrontent ou deux Cités antagonistes, représentées par la Cité de Dieu et la Cité de Satan (Cf. St Augustin). Pour la première, l'homme est dans les mains de son Sauveur, pour la seconde, l'homme doit s'en affranchir pour se créer son propre monde, dont Satan est le Prince.

Les conséquences de ce combat avant tout spirituel sont aujourd'hui visibles sur le plan matériel : les ennemis de l'Église semblent toujours plus nombreux et plus puissants. Qui sont-ils réellement ?


32 p. 3 €

« Jusqu'à présent, les nations ont été tuées par la conquête, jusqu'aux principes originaux qui font ce qu'elle est. »

 

Ce texte de Joseph de Maistre, datant du début du XIXe siècle, définit un processus appliqué à grande échelle au XXe : celui d'une révolution non violente, aujourd'hui triomphante, et couramment appelé "révolution culturelle". C'est la genèse de la révolution culturelle qui est étudiée ici, ainsi que les idées-clefs qui la caractérisent, au premier rang desquelles figure l'exploitation de Freud dans une optique marxiste.

 

La révolution culturelle a été rendue possible par la trahison des intellectuels, utilisés afin de pourrir l'Occident. Un minimum d'effort intellectuel pour la connaître et la comprendre paraît indispensable si nous voulons lutter utilement contre elle et aussi conserver et transmettre le précieux patrimoine hérité de nos ancêtres.


32 p. 3 €

Comment un simple journaliste, agnostique de surcroît, en est-il arrivé à définir que la monarchie était la solution politique la meilleure pour la France, tandis que la démocratie n'était qu'une « machine à mal faire » ?

 

C'est tout l'intérêt de cette étude que de montrer le cheminement intellectuel de Maurras pour en arriver à cette conclusion, à travers son expérience personnelle et son analyse aiguisée des événements politiques des XIXe et XXe siècles, à la suite de quelques rationalistes du XIXe siècle (Taine, Le Play, Renan, Sainte-Beuve, …) et avec l'aide de ses amis de l'Action Française (dont Jacques Bainville).

 

«Ainsi, appuyé sur sa méthode, l'empirisme organisateur, et ne perdant pas de vue son objectif, la défense de la nation, Maurras va construire rationnellement une démonstration de la nécessité de la restauration monarchique ».

 

L'analyse des drames de 1789 et 1870, la faiblesse intrinsèque de la démocratie dans la défense de la nation et l'absurdité de l'idéologie républicaine (liberté, égalité, fraternité) le conduiront logiquement à fustiger la démocratie comme mortelle pour la société.

 

 
Religion
Histoire de l'Eglise
 

Les détracteurs de l'Église parlent de l’Inquisition comme d’un tribunal sanguinaire. Mais qu’est-ce donc que l’Inquisition, ou plutôt les Inquisitions puisqu’il y en a eu deux, l'une créée au XIIIe pour l'ensemble de la chrétienté et l'autre au XVe siècle pour la seule Espagne ?

 

Cette brochure s’efforce de rétablir la vérité sur les faits historiques (notamment le contexte de la lutte contre les Cathares ou contre l'islam en Espagne), sur les procédures judiciaires (rendues plus équitables par l'Inquisition), sur les chiffres des condamnations (très faibles par rapport à ceux de la propagande ou ceux des massacres républicains…).

 

Elle permet aussi de répondre à la question plus globale et toujours actuelle de l'usage de la force en matière religieuse, alors que le Moyen-Orient et nos États laïcs subissent de plein fouet le joug de l'islam conquérant et du terrorisme. L'Inquisition n'était-elle pas le moyen de lutte anti-subversive de l'époque, dont l'État reconnaît la nécessité aujourd'hui ?

Crise dans l'Eglise

28 p. 3 €

À force de se rapprocher du monde, l'Église en a fini par être contaminée par lui. Que reste-t-il de transcendant dans la Nouvelle messe de 1969, après qu'elle en ait évacué la présence réelle, l'aspect sacrificiel et le pouvoir sacramentel du prêtre, comme le souligne à juste titre le RP. Joseph de Sainte Marie, défenseur de la liturgie traditionnelle ?

 

Cette brochure fait donc le point sur ce sujet en rappelant l'origine de la réforme liturgique, issue de Vatican II, ses objectifs, ses caractéristiques et en proposant au lecteur une actualisation… justifiant in fine la défense du maintien de la messe traditionnelle au sein de l'Église bi-millénaire.

16 p. 2 €

Cette brochure analyse les différences entre les doctrines traditionnelle et moderne sur l'unité des chrétiens, pour constater la divergence fondamentale existant entre les deux.

 

Plutôt que de chercher le retour des frères séparés, comme la doctrine traditionnelle le recommande, l'œcuménisme minore toute tentative de prosélytisme catholique pour respecter la liberté de conscience des protestants et des orthodoxes.

 

Son danger réside donc dans la recherche à outrance de l'unité au détriment de la vérité et dans son caractère systématiquement défavorable à l'Église catholique.


32 p. 3 €

Alors que les fruits du Concile se font toujours attendre plus d'un demi-siècle plus tard, l'Église continue à faire la promotion de cet événement majeur de son histoire. Comment expliquer cette distorsion ? Comment comprendre les liens qui existent entre cet événement et l'Église d'aujourd'hui ?

 

La réponse tient dans cette brochure qui analyse la philosophie qui a prévalu au sein du Concile et qui transparaît nettement dans ses Actes. Après avoir rappelé quelques données générales sur le Concile (chapitres 1 à 3), l'auteur en analyse les textes (chapitre 4 à 5), pour en distinguer finalement ce qui fait l'essence du Concile (chapitres 6 à 9).

 

Ceci le conduit à rappeler quelques jugements portés sur ce Concile (chapitre 10), qui semble avoir transformé, in fine, la religion de Dieu en celle de l'homme.

Contre-Eglise

158 p. 15 €

Qui ne connaît le "sympathique sorcier" dont les aventures, diffusées à 450 millions d'exemplaires en 80 langues, ont enchanté (ensorcelé ?) jeunes et moins jeunes depuis 21 ans ?

 

 

Mais qui connaît vraiment Harry Potter ?

 

 

A ceux qui n'ont pas lu la série et se réjouissent de voir leurs enfants se passionner pour la lecture, nous proposons ce guide.           

 

A ceux qui l'ont lue et appréciée, nous offrons un moyen d'analyser une œuvre, dont l'influence mondiale ne peut être ignorée, mais dont ils ignorent peut-être certains aspects plus "occultes".

 

A tous, ce guide montrera que l'ennemi de l'Église, le "séducteur", sait se présenter sous des dehors attrayants et divertissants. Mais comme le disait déjà saint Pierre Chrysologue « celui qui veut jouer avec le diable ne peut se réjouir avec le Christ ».

"Religions"

28 p. 3 €

 

Les hommes politiques français d’aujourd’hui veulent placer sur le même pied de considération le christianisme et l’islam. Mais ces religions sont-elles vraiment comparables ?

 

 

Cette brochure propose donc de mettre en parallèle ces deux religions en comparant successivement leurs fondateurs, leurs vies, leurs enseignements, le mode de propagation de l’une et l’autre religion et leur impact respectif sur la civilisation, pour faire apparaître l'évidente distorsion existant entre elles.

 

Puis un dernier point tentera d'esquisser les raisons possibles de l'importance de l'islam aujourd'hui. Ne seraient-elles pas en définitive plus extrinsèques qu'intrinsèques ?


 

 
Philosophie
Métaphysique

« Qu'est-ce que la vérité ? » demande Pilate à Jésus (Jn 18, 38). Cette question est à la racine de toutes les questions philosophiques. La connaître est une nécessité vitale pour comprendre le monde tel qu'il est, mais aussi pour éviter l'erreur.

 

Elle est d'autant plus importante que le monde moderne craint d'y répondre, préférant l'impasse du subjectivisme (la libre pensée …) ou l'illusion de l'idéalisme. La vraie réponse est celle du réalisme chrétien.


16 p. 2 €

 

Le bon sens et la philosophie chrétienne définissent la vérité comme la conformité entre la pensée et le réel. Cette définition suppose l’existence distincte de la personne qui pense et de l’objet de sa pensée, c’est-à-dire l’existence d’une réalité extérieure et indépendante de la personne, réalité qui ne se limite d’ailleurs pas au monde matériel accessible aux sens.

 

Quelle que soit la profusion de notre pensée, cette réalité s'impose à nous dans de nombreux domaines : celui de la matière, des sciences, de la médecine, de l'éducation, de la politique ou de l'histoire. En faire fi, c'est aller à l'échec, comme l'auteur nous le montre par divers exemples choisis.

 

Pourtant, de nombreux hommes veulent s'affranchir de la réalité et la faire plier sous leur volonté, tels les sceptiques, les révolutionnaires, les modernistes de tous poils.

 

C'est que la Vérité mène au Christ et cela, certains le refusent. La recherche de la vérité est donc une philosophie de la Vie.

 



         


Recherche


Archive : tous les articles

DOCTRINE SOCIALE DE L'ÉGLISE


PHILOSOPHIE


Toutes les rubriques