S'identifier - Contact

HUMANITÉS

SUS AU LATIN ET AU GREC

HUMANITÉS

Par afs • Actualités • Lundi 08/06/2015 • Version imprimable

La conversion des musulmans

le contraire de la propagande officielle en France

 La conversion des musulmans est en cours. Les médias installés le cachent voire mentent sans vergogne.

regardez cette information sur GLORIA.TV : La conversion des musulmans


Par afs • Actualités • Mardi 26/05/2015 • Version imprimable

UN DESSIN PLUS QU'UN LONG DISCOURS

UN DESSIN PLUS QU'UN LONG DISCOURS
OUI

Par afs • Actualités • Mardi 13/01/2015 • Version imprimable

VIBRANT APPEL (4)

20 décembre- 4ème Grande Antienne "O"

17-23 décembre : les Grandes Antiennes  "O"

Le désir immense de la venue du Christ s'exprime dans la liturgie catholique avec une impatience d'autant plus grande que l'on approche de la Noël. Ainsi les 7 Grandes Antiennes "O",  dénommées en raison de leur lettre initiale, sont un vibrant appel au Messie dont elles nous disent les prérogatives et les titres de gloire.

Voila une belle préparation à Noël que l'Eglise nous propose !

*   *   *
***
*

20 décembre : 4ème Antienne des "grandes O"

 

 Antienne grégorienne
 

 
O CLAVIS DAVID, * et sceptrum domus Israël ; qui áperis, et nemo claudit ; claudis, et nemo áperit :VENI, et educ vinctum de domo cárceris, sedéntem in ténebris, et umbra mortis.

O Clef de David, * et sceptre de la maison d’Israël ; qui ouvrez, sans qu'on puisse fermer ; qui fermez, sans qu'on puisse ouvrir : VENEZ, et tirez de la prison le captif, assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort.

O Fils de David, héritier de son trône et de sa puissance, vous parcourez, dans votre marche triomphale, une terre soumise autrefois à votre aïeul, aujourd’hui asservie par les Gentils. Vous reconnaissez de toutes parts, sur la route, tant de lieux témoins des merveilles de la justice et de la miséricorde de Jéhovah votre Père envers son peuple, au temps de cette ancienne Alliance qui tire à sa fin. Bientôt, le nuage virginal qui vous couvre étant ôté, vous entreprendrez de nouveaux voyages sur cette même terre ; vous y passerez en faisant le bien, et guérissant toute langueur et toute infirmité, et cependant n’ayant pas où reposer votre tête. Du moins, aujourd’hui, le sein maternel vous offre encore un asile doux et tranquille, où vous ne recevez que les témoignages de l’amour le plus tendre et le plus respectueux. Mais, ô Seigneur ! il vous faut sortir de cette heureuse retraite ; il vous faut, Lumière éternelle, luire au milieu des ténèbres ; car le captif que vous êtes venu délivrer languit dans sa prison. Il s’est assis dans l’ombre de la mort, et il y va périr, si vous ne venez promptement en ouvrir les portes avec votre Clef toute-puissante ! Ce captif, ô Jésus, c’est le genre humain, esclave de ses erreurs et de ses vices : venez briser le joug qui l’accable et le dégrade ; ce captif, c’est notre cœur trop souvent asservi à des penchants qu’il désavoue : venez, ô divin Libérateur, affranchir tout ce que vous avez daigné faire libre par votre grâce, et relever en nous la dignité de vos frères. (Dom Guéranger)

 Polyphonie

Marc-Antoine Charpentier

Les Arts Florissants


Par afs • Actualités • Samedi 20/12/2014 • Version imprimable

VIBRANT APPEL (3)

17-23 décembre : les Grandes Antiennes  "O"

Le désir immense de la venue du Christ s'exprime dans la liturgie catholique avec une impatience d'autant plus grande que l'on approche de la Noël. Ainsi les 7 Grandes Antiennes "O",  dénommées en raison de leur lettre initiale, sont un vibrant appel au Messie dont elles nous disent les prérogatives et les titres de gloire.

Voila une belle préparation à Noël que l'Eglise nous propose !

*   *   *
***
*

19 décembre : 3ème Antienne des "grandes O"

 

 

 


 Antienne grégorienne
 
 
O RADIX IESSE, * qui stas in signum populórum, super quem continébunt reges os suum, quem Gentes deprecabúntur : VENI ad liberándum nos, iam noli tardáre.

O Racine de Jessé, * qui êtes comme l’étendard des peuples, devant qui les rois fermeront leur bouche, et dont les Nations imploreront le secours : VENEZ nous délivrer, maintenant ne tardez plus.

Vous voici donc en marche, ô Fils de Jessé, vers la ville de vos aïeux. L’Arche du Seigneur s’est levée et s’avance, avec le Seigneur qui est en elle, vers le lieu de son repos. « Qu’ils sont beaux vos pas, ô Fille du Rot, dans l’éclat de votre chaussure » [4], lorsque vous venez apporter leur salut aux villes de Juda ! Les Anges vous escortent, votre fidèle Époux vous environne de toute sa tendresse, le ciel se complaît en vous, et la terre tressaille sous l’heureux poids de son Créateur et de son auguste Reine. Avancez, ô Mère de Dieu et des hommes, Propitiatoire tout-puissant où est contenue la divine Manne qui garde l’homme de la mort ! Nos cœurs vous suivent, vous accompagnent, et, comme votre Royal ancêtre , nous jurons « de ne point entrer dans notre maison, de ne point monter sur notre couche, de ne point clore nos paupières, de ne point donner le repos à nos tempes, jusqu’à ce que nous ayons trouvé dans nos cœurs une demeure pour le Seigneur que vous portez, une tente pour le Dieu de Jacob. » Venez donc, ainsi voilé sous les flancs très purs de l’Arche sacrée, ô rejeton de Jessé, jusqu’à ce que vous en sortiez pour briller aux yeux des peuples, comme un étendard de victoire. Alors les rois vaincus se tairont devant vous, et les nations vous adresseront leurs vœux. Hâtez-vous, ô Messie ! Venez vaincre tous nos ennemis, et délivrez-nous. (Dom Guéranger)


 Polyphonie

Marc-Antoine Charpentier

Les Arts Florissants

William Christie
afs.viabloga.com/files//Charpentier_O_radix_Jesse.mp3


Par afs • Actualités • Vendredi 19/12/2014 • Version imprimable

VIBRANT APPEL (2)

"Les Grandes Antiennes O " 18 décembre


17-23 décembre : les Grandes Antiennes  "O"

Le désir immense de la venue du Christ s'exprime dans la liturgie catholique avec une impatience d'autant plus grande que l'on approche de la Noël. Ainsi les 7 Grandes Antiennes "O", dénommées en raison de leur lettre initiale, sont un vibrant appel au Messie dont elles nous disent les prérogatives et les titres de gloire.

Voila une belle préparation à Noël que l'Eglise nous propose !

*   *   *
***
*

18 décembre : 2ème Antienne des "grandes O"

Antienne grégorienne
 
 
O ADONAI, * et Dux domus Israël, qui Móysi in igne flammæ rubi apparuísti, et ei in Sina legem dedísti : VENI ad rediméndum nos in bráchio exténto.

O Adonaï, * et Chef de la maison d’Israël, qui avez apparu à Moïse dans le feu du buisson ardent, et lui avez donné la loi sur le Sinaï : VENEZ pour nous racheter par la puissance de votre bras.

O Seigneur suprême ! Adonaï ! Venez nous racheter, non plus dans votre puissance, mais dans votre humilité. Autrefois vous vous manifestâtes à Moïse, votre serviteur, au milieu d’une flamme divine ; vous donnâtes la Loi à votre peuple du sein des foudres et des éclairs : maintenant il ne s’agit plus d’effrayer, mais de sauver. C’est pourquoi votre très pure Mère Marie ayant connu, ainsi que son époux Joseph, l’Édit de l’Empereur qui va les obliger d’entreprendre le voyage de Bethléhem, s’occupe des préparatifs de votre heureuse naissance. Elle apprête pour vous, divin Soleil, les humbles langes qui couvriront votre nudité, et vous garantiront de la froidure dans ce monde que vous avez fait, à l’heure où vous paraîtrez, au sein de la nuit et du silence. C’est ainsi que vous nous délivrerez de la servitude de notre orgueil, et que votre bras se fera sentir plus puissant, alors qu’il semblera plus faible et plus immobile aux yeux des hommes. Tout est prêt, ô Jésus ! Vos langes vous attendent : partez donc bientôt et venez en Bethléhem, nous racheter des mains de notre ennemi. (Dom Guéranger)

 Polyphonie
Marc-Antoine Charpentier
Les Arts Florissants
William Christie


Par afs • Actualités • Jeudi 18/12/2014 • Version imprimable

VIBRANT APPEL

Les Grandes Antiennes O 17 décembre

17-23 décembre : les Grandes Antiennes  "O"

Le désir immense de la venue du Christ s'exprime dans la liturgie avec une impatience d'autant plus grande que l'on approche de la Noël. Ainsi les 7 Grandes Antiennes "O", dénommées en raison de leur lettre initiale, sont un vibrant appel au Messie dont elles nous disent les prérogatives et les titres de gloire.

Voila une belle préparation à Noël que l'Eglise nous propose !


17 décembre : 1ère Antienne des "grandes O"

   
Antienne grégorienne
 

 
O SAPÉNTIA, * quæ ex ore Altíssimi prodiísti, attíngens a fine usque ad finem, fórtiter suavitérque dispónens ómnia : VENI ad docéndum nos viam prudéntiæ.

O Sagesse, * qui êtes sortie de la bouche du Très-Haut, atteignant d’une extrémité du monde à l'autre , et disposant toutes choses avec force et douceur :VENEZ pour nous enseigner la voie de la prudence.

O Sagesse incréée qui bientôt allez vous rendre visible au monde, qu’il apparaît bien en ce moment que vous disposez toutes choses ! Voici que, par votre divine permission, vient d’émaner un Édit de l’empereur Auguste pour opérer le dénombrement de l’univers. Chacun des citoyens de l’Empire doit se faire enregistrer dans sa ville d’origine. Le prince croit dans son orgueil avoir ébranlé à son profit l’espèce humaine tout entière. Les hommes s’agitent par millions sur le globe, et traversent en tous sens l’immense monde romain ; ils pensent obéir à un homme, et c’est à Dieu qu’ils obéissent. Toute cette grande agitation n’a qu’un but : c’est d’amener à Bethléhem un homme et une femme qui ont leur humble demeure dans Nazareth de Galilée ; afin que cette femme inconnue des hommes et chérie du ciel, étant arrivée au terme du neuvième mois depuis la conception de son fils, enfante à Bethléhem ce fils dont le Prophète a dit : « Sa sortie est dès les jours de l’éternité ; ô Bethléhem ! tu n’es pas la moindre entre les mille cités de Jacob ; car il sortira aussi de toi. » O Sagesse divine ! Que vous êtes forte, pour arriver ainsi à vos fins d’une manière invincible quoique cachée aux hommes ! Que vous êtes douce, pour ne faire néanmoins aucune violence à leur liberté ! Mais aussi, que vous êtes paternelle dans votre prévoyance pour nos besoins ! Vous choisissez Bethléhem pour y naître, parce que Bethléhem signifie la Maison du Pain. Vous nous montrez par là que vous voulez être notre Pain, notre nourriture, notre aliment de vie. Nourris d’un Dieu, nous ne mourrons plus désormais. O Sagesse du Père, Pain vivant descendu du ciel, venez bientôt en nous, afin que nous approchions de vous, et que nous soyons illuminés de votre éclat ; et donnez-nous cette prudence qui conduit au salut. (Dom Guéranger)


Polyphonie
Marc-Antoine Charpentier
Les Arts Florissants
William Christie
 

Par afs • Actualités • Jeudi 18/12/2014 • Version imprimable

CONFÉRENCE DE PHILIPPE DE VILLIERS








Conférence organisée par N.D. de Chrétienté et le soutien de plusieurs associations


Libre participation aux frais



 

Par afs • Actualités • Samedi 18/10/2014 • Version imprimable

Les chrétiens d'Irak ont besoin de nous

Une persécution qui n'émeut pas l'ONU

L'OEUVRE d'ORIENT 

→ plus
Par afs • Actualités • Jeudi 09/10/2014 • Version imprimable

IDIOT UTILE (1) ou PERVERS CONSCIENT ?

 

 

Syndicat chrétien collaborateur de la Révolution ?


    Quelle que soit la réponse, reste le constat.

 

    A l’occasion de « la journée de LA femme », le syndicat ‘chrétien’ ( ?) CFTC, dans une déclaration commune (2)avec les autres syndicats dits « représentatifs », enfourche allègrement le sexuellement correct du jour.

    Après avoir rappelé son engagement dans la lutte pour l’égalité entre les femmes et les hommes, le syndicat - qui a certainement oublié depuis longtemps les principes de la doctrine sociale de l’Église  - affirme sans ambages que l’accès à l’emploi est un moyen d’émancipation et d’autonomie déterminant pour les femmes. J’ai tenté d’en convaincre ma voisine qui est caissière à l’hypermarché de la zone commerciale, et sa sœur qui est conductrice d’engins dans les TP. Moue dubitative  en guise d’acquiescement…
    Ce 'credo' syndical et militant tient à souligner les responsabilités, entre autres, de l'éducation nationale et des structures d'accueil des jeunes enfants pour participer à la lutte contre les stéréotypes.

 

    Et voilà le syndicat prétendument chrétien qui s’associe objectivement  à l’œuvre de perversion des enfants, puisque chacun peut reconnaître dans cette ‘lutte’ la mise en œuvre des rapports qui ont fait l’objet de notre brochure « Main basse sur l’âme de nos enfants » (2).

    Et pour être sûrs d’avoir bien compris, il nous est précisé : A l'occasion du 8 mars 2014, nous souhaitons rappeler notre détermination à agir et à mobiliser les salariés pour..., de l'école à l'entreprise, lutter contre les stéréotypes de genre, notamment par des formations dédiées.

 

 

    Cette information est destinée aux  cathos « pot au feu » (4), qui pensent que l’ensemble des actions menées dans les écoles de la déséducation nationale « ce n’est pas si grave » et qu’il « ne faut pas dramatiser ».

 

 

1  Expression, attribuée à Lénine, qualifiant les personnes ou organisations qui collaborent à des actions contraires à leurs croyances

2  Site de la CFTC, 1er mars 2014

3  En vente à l’AFS, 2 €

4  Expression du grand polémiste Louis Veuillot pour qualifier le catholicisme de confort…


Par afs • Actualités • Vendredi 14/03/2014 • Version imprimable

MÉDITATION EN VUE DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES

UN CORPS SANS ÂME

   
AVENIR POUR UN CADAVRE ?


  
Louise Weiss, dans le discours d’ouverture du Parlement Européen, en 1979, prononçé en qualité de doyenne – elle avait 86 ans – soulignait: « Les institutions communautaires ont fait des betteraves, du beurre, des fromages, des vins, des veaux, voire des cochons européens. Elles n’ont pas fait d’hommes européens. Ces hommes européens existaient au Moyen Âge, à la Renaissance… C’est une question d’âme ». Au cours d’un entretien, elle précisait : "On m'a écoutée parce que je crois que j'ai fait passer une flamme dans le coeur et dans l'esprit de mes auditeurs et qu'ils ont tous compris que l'Europe était après tout une question d'âme et pas seulement de gros sous."
   Comprise, Louise Weiss ? Pas si sûr ! Ou du moins, la flamme semble éteinte, tant la lecture du texte  de Georges Bernanos ci-après est d’une inquiétante actualité…alors qu’il fut écrit en un temps où l’institution Européenne n’existait pas encore.


   Le drame de l’Europe est un drame spirituel, le drame de l’Europe est un drame de l’esprit. On compte plus d’une espèce de drame spirituel, et le plus grave de tous, et qui décide de tout, c’est assurément celui dont chaque être donne tôt ou tard, et une seule fois, le spectacle, lorsque s’arrache de lui le souffle de l’esprit. L’Europe vit-elle encore ce drame, ou l’a-t-elle déjà dépassé ? Il est très difficile de le dire, car on ne saurait se fier là-dessus aux apparences matérielles.

   Un cadavre est essentiellement, cela va sans dire, une chose inanimée, privée d’âme. Mais ce n’est pas une chose inerte. Le cadavre est, au contraire, tout frémissant, tout vibrant, tout grouillant de mille combinaisons nouvelles, dont l’absurde diversité se  retrace dans les diaprures et les chatoiements de la pourriture.  Ces histoires ne sont pourtant pas une histoire.

   Le cadavre en décomposition ressemble beaucoup  - si un cadavre peut ressembler à quelque chose – à un monde où l’économique l’a emporté décidément sur le politique, et qui n’est plus qu’un système  d’intérêts antagonistes inconciliables, un équilibre sans cesse détruit, dont le point doit être cherché toujours plus bas.
   Le cadavre est beaucoup plus instable que le vivant et si le cadavre pouvait parler, il se vanterait certainement de cette révolution intérieure, de cette évolution accélérée qui se traduit par des phénomènes impressionnants, par des écoulements et des gargouillements sans nombre, une fonte générale des tissus dans une égalité parfaite ; il ferait honte au vivant de sa relative stabilité ; il le traiterait de conservateur, et même de réactionnaire, car c’est une justice à lui rendre, toute réaction lui essentiellement impossible

   Oui, il se passe beaucoup de choses, énormément de choses à l’intérieur, ou même à l’extérieur d’un cadavre, et si vous demandiez leur avis aux vers et qu’ils fussent capables de vous le donner, ils se diraient engagés dans une prodigieuse aventure, la plus hardie, la plus totale des aventures, une expérience irréversible.
   Et pourtant, il n’en est pas moins vrai qu’un cadavre n’a pas d’histoire, ou, si vous aimez mieux, son histoire est une histoire admirablement conforme à la dialectique marxiste de l’histoire. Il  ne s’y trouve pas de place pour la liberté, sous quelque forme que ce soit, le déterminisme y est absolu. L’erreur du ver de cadavre, aussi longtemps que le cadavre le nourrit, est de prendre une liquidation pour l’Histoire.

               
Georges BERNANOS – La liberté, pourquoi faire ?  p.192-193 - Gallimard 1953


Par afs • Actualités • Lundi 03/03/2014 • Version imprimable

THÉORIE DU GENRE ? Y'EN A PLUS !!!

ÇA N'EXISTE PAS !


                                              MAIS ELLE EST MISE EN APPLICATION À L'ÉCOLE.

   Si la théorie n’est effectivement pas "enseignée" dans l’enseignement primaire, le genre est de fait distillé quotidiennement de façon sournoise, dès la maternelle, sous prétexte de la promotion de l’égalité fille-garçon : jeux,  lectures, livres et images, films,
Cliquer sur les images pour agrandissement
 
exercices, 
questionnements manipulateurs des enseignants adressés aux enfants, « animations » des groupuscules LGBT… façonnent si bien les enfants qu’il ne sera pas nécessaire d’enseigner plus tard la théorie en Sciences de la Vie et de la Terre (SVT).(1)
  
L’introduction du genre  n’est, dans le domaine de l’éducation, que l’étape la plus récente d’un processus planifié de longue date au niveau mondial. (2)


RÔLE DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES,
FUTURS MINISTÈRES DE LA GOUVERNANCE MONDIALE


   En cherchant sur Google  « UNESCO journée mondiale des enseignants 5 octobre 2011 »,
voici ce que révèle le site de l’UNESCO (de fait, ministère mondial de l’éducation)
« …Organisée chaque année le 5 octobre afin de célébrer le rôle central des enseignants dans le monde entier, la Journée mondiale des enseignants comprendra en 2011 les événements suivants :
    Un forum en ligne sur « Les enseignants pour l’égalité des genres », qui a rassemblé des points de vue afin d’alimenter un débat au Siège de l’UNESCO lors de la Journée mondiale des enseignants.
    Un forum sur les politiques (3-4 octobre) sur la promotion de l’égalité des genres dans l’éducation au niveau des salles de classe et des établissements scolaires, organisé par l’Institut international de l'UNESCO pour la planification de l'éducation.
…L’égalité des sexes dans l’éducation est une préoccupation mondiale majeure… 
»
   
  
    Organisée par l’UNESCO, l’Organisation internationale du travail (OIT), le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) et l’Internationale de l’éducation (IE), la journée du 5 octobre 2011 tenue à Paris à la Maison de l’UNESCO s'est déroulée  sur le programme suivant :
 9h30-13h00 : « Le genre à l’école : une question essentielle de l’éducation ». Témoignages de professionnels de l’éducation. 

14h45-15h30 : « Le point sur la situation des enseignants et le genre dans l’éducation ». Institut international de planification de l’éducation. 

15h30-18h : « Forum ouvert sur la problématique du genre dans la profession ».

Tout cela pour "façonner" le futur "citoyen du monde" ? 



(1) Voir "Main basse sur l'âme de nos enfants". Vente à l'AFS. 2 €
(2) Voir "Le mondialisme". Vente à l'AFS. 10 €

Par afs • Actualités • Dimanche 16/02/2014 • Version imprimable

MEDIA, CENSURE & MENSONGES

→ plus
Par afs • Actualités • Jeudi 06/02/2014 • Version imprimable

UNE NOUVELLE MODE : LA PHILOSOPHIE ?

Ferry, Sartre...ou Platon, Aristote, St Thomas ?

 

Les cafés philosophiques se multiplient, à Paris et en province. Les "médias" diffusent de plus en plus souvent des émissions où paraissent des philosophes patentés. Un quotidien, qui porte encore le titre de La Croix, consacre souvent des pages à la "promotion" de tel ou tel " penseur ", souvent hostile à la foi chrétienne ; mais il ne parle pas d'ouvrages rationnels, bons et vrais, qui sont des preambula fidei préparant à entrer dans la foi.

 

Dès qu'une personne sait que j'enseigne la philosophie, je suis prié de donner en quelques mots mon "système ", puis ce que je pense de Ferry, de Comte-Sponville, etc. D'autre part, le mot Éthique, jadis réservé aux lecteurs érudits d'Aristote ou de Spinoza, est maintenant dans le domaine public, avec un sens qui ferait lever les bras au ciel par ces philosophes, et par toute la tradition... "Éthique", cela fait plus distingué que Morale, terme abominé, parce que ringard, véhicule d'un ordre moral qu'il faudrait jeter aux orties ! Mais l'éthique des amis de la Sagesse était et demeure un ensemble de réflexions rationnelles, vraies et justes, sur la bonne conduite de la vie, sur le chemin du bonheur véritable, qui est fondé sur la vertu.

 

Il y a quelques décennies, les philosophes "professionnels" se sentaient honteux : les uns se réfugiaient dans la psychanalyse, d'autres dans le marxisme, beaucoup s'engageaient dans la lutte politique, où ils voulaient alors être aux côtés des ouvriers de Renault (Sartre, alors ridicule aux yeux des prolétaires qui le voyaient gesticuler...).

A côté des penseurs occidentaux, les "religions" orientales sont devenues les écoles de vie les plus prisées par l’intelligentsia ; on adule le dalaï-lama, dont le sourire, aussi énigmatique que celui de la Joconde, devrait faire réfléchir ses admirateurs - si, du moins, ils étaient capables de garder encore cette attitude philosophique qu'est la réflexion critique.

 

Il faut donc s'interroger sur cette mode. Toute mode est un phénomène passager ; le vent de l'opinion tyrannique va la balayer comme un fétu de paille, comme de la poussière. Que reste-t-il des pseudo-gloires du XXe siècle, hormis peut-être quelque écho dans les " média " ? Par contre Platon, Aristote, saint Thomas d'Aquin, avec quelques autres, tiennent solides comme des rocs. Si on ne veut pas être emporté par le prochain courant d'air, gardons les valeurs sûres : leur fondement est assuré, parce que c'est la raison humaine, faculté universelle, intemporelle ; l'homme est un animal raisonnable, c'est sa nature immuable, sortie de l'acte du Créateur.

 

Cependant quelque chose doit bien être caché sous cette mode ; tout n'y est peut-être pas mauvais. La mode tyrannique des grands couturiers peut changer, elle peut même devenir impudique, stupide : il reste le fait que le vêtement est propre à l'être humain, qu'il nous distingue, entre autres choses, des animaux sans raison. Il faut donc chercher ce que peut receler cette mode de la philosophie. L'idolâtrie masque et pervertit un besoin profond ; d'une manière analogue les bavardages pseudo-philosophiques restent des témoins, des faux témoins, du besoin de connaître la vérité sur les questions essentielles de notre destinée : que pouvons-nous savoir ? que devons-nous faire ? que pouvons-nous espérer ? (les trois questions proprement philosophiques, selon Kant, et beaucoup d'autres, avant ou après lui). Non pas suivre de vagues opinions, variables selon les époques, mais connaître la " vérité vraie ", c'est à dire la réalité. Or, il y a une philosophia perennis, une philosophie en quelque sorte éternelle (qui résiste au temps, et qui est cependant humaine, rationnelle). Elle nous invite toujours à commencer par réfléchir, en examinant bien ce qui se passe dans notre monde, pour pouvoir le juger.

Il faudra découvrir, ou plutôt redécouvrir par soi-même, par sa raison, quelles sont les réponses réelles aux questions essentielles ; on pourra s'aider de la philosophia perennis (la vraie philosophie, celle qui dure) : elle nous invite toujours à regarder autour de nous, à séparer ce qui passe dans le temps d'aujourd'hui - et ce qui demeure toujours vrai.

 Louis MILLET
AFS 203


Par Louis MILLET • Actualités • Dimanche 19/01/2014 • Version imprimable

25 décembre

JOYEUX NOËL













Par afs • Actualités • Lundi 23/12/2013 • Version imprimable

"FÊTE DE L'AÏD" & MERCREDI DES CENDRES

                                                                 MONSEIGNEUR DI FALCO
LANCE UNE INVITATION
AU GOUVERNEMENT...


   Premier ministre et ministre de l'intérieur ont 'honoré' de leur présence la célébration de la fête de l'Aïd à la mosquée de Paris.
   L'évêque de Gap et Embrun, Mgr di Falco, a retenu les propos suivants de J.M.Ayrault :


« À travers vous, je salue une grande religion de France. Je mesure la place qui est la sienne dans notre pays et notre histoire. J'entends la parole que vous portez pour rassembler les femmes et les hommes autour d'un message de paix et de concorde, dans le cadre de la République et en accord avec ses principes et ses valeurs. Je vous le redis avec force : toute atteinte au libre exercice du culte est intolérable et toutes les croyances religieuses doivent pouvoir s'exprimer dans notre pays dans le respect des lois de la République, de la laïcité et des convictions de chacun. » (Fin de citation)
 

    La fermeté de ces positions a suggéré à Mgr di Falco d'inviter le premier ministre :

 « Alors, Monsieur le ministre, dans la logique de votre démarche, je suppose que vous avez prévu d’exprimer avec autant de force et de conviction la détermination de votre gouvernement à combattre la discrimination dont les chrétiens font l’objet.
   Et c’est pour cela que j’ai l’outrecuidance de vous inviter chez vous, dans la cathédrale de Gap – les cathédrales étant propriété de l’Etat –, pour le Mercredi des Cendres, début de Carême, ou pour le dimanche de Pâques, à votre convenance. Nous vous accueillerons avec tout le respect qui est dû à votre haute fonction.
 »





Par afs • Actualités • Vendredi 08/11/2013 • Version imprimable
Plus d'articles (24 articles sur 2 pages):


Recherche


Archive : tous les articles

DOCTRINE SOCIALE DE L'ÉGLISE


PHILOSOPHIE


Toutes les rubriques