S'identifier - Contact

MAINS BASSES SUR L'ÂME DE NOS ENFANTS

PARENTS, DORMEZ TRANQUILLES, L’ÉDUCATION NATIONALE PREND SOIN DE VOS ENFANTS !

Par afs • Education et pédagogie • Mardi 16/07/2013 • Version imprimable

Mots-clés : , , , ,

Le gouvernement s’est engagé à
s’appuyer sur la jeunesse
pour changer les mentalités.

V. PEILLON, 4/01/2013 Lettre aux recteurS

Sommaire
1.- Religion et morale laïque
1.1.- “Déraciner” l’empreinte catholique
1.2.- Une ‘spiritualité’ inspirée de la morale laïque
1.3.- Morale laïque, pratique de la religion laïciste
1.4.- L’école, matrice des âmes
1.5.- Mise en œuvre par l’État, maître-éducateur
2.- L’idéologie appliquée à l’école
2.1.- Une action de longue haleine
2.2.- Religion, morale laïque et orientations sexuelles
2.3.- Lignes directrices des actions et méthodes
2.4.- Moyens et outils

      Le laïcisme ne peut s’accommoder d’une jeunesse qui lui échappe. Toute idéologie veut ses disciples. Monsieur  Vincent Peillon, ministre de l’Éducation, s’emploie à parachever le ‘formatage’ des enfants par une ‘religion nouvelle’, laïque et  libérale, appelée à éliminer ce qui reste des racines catholiques de France. Ce n’est que le coup de boutoir final préparé de longue date par certaines organisations syndicales d’enseignants.

Mains basses sur l'âme de nos enfants... 

      ou comment l’école publique soumet ses élèves à huit heures quotidiennes de conditionnement intellectuel, psychologique et moral.
     
      Il serait illusoire de croire que l’influence familiale, la disponibilité des parents, la qualité d’écoute, de dialogue et même la prière, puissent compenser et corriger un tel conditionnement.
      De plus, corriger ce que est dit à l’école, notamment pour des petits, peut être source d’incompréhension, de déstabilisation et de mal être tant vis à vis de sa propre famille que de l’école, des compagnons de classe ou de l’enseignant ; il ne faut pas sous-estimer le poids du groupe.

      Les parents ont encore le pouvoir de choisir des écoles hors contrat qui échappent en partie à la mainmise de l’État. Ils peuvent aussi faire la classe eux-mêmes avec l’aide d’un bon cours par correspondance.

      Peut-on accepter que l’âme et les facultés des enfants soient abîmées, atrophiées, salies, perverties, détruites au profit d’une vision égalitaire de la société, aussi absurde et  irréaliste que viciée et vicieuse ?

      La raison nous commande évidemment de dire : NON.

Brochure à diffuser largement pour ouvrir les yeux des parents (16 pages - 2,00 €)


Recherche


Archive : tous les articles

DOCTRINE SOCIALE DE L'ÉGLISE


PHILOSOPHIE


Toutes les rubriques