S'identifier - Contact

Politique familiale ?

L’UNAF dans sa lettre du 28 septembre 2017 s’émeut des plans d’économies successifs sur le dos des familles malgré les excédents de la Branche Famille.

 Les orientations, aides renforcées aux seules familles monoparentales par exemple, la diminution ou la suppression des aides ont pour conséquence « la baisse du taux d’emploi des femmes, la baisse du recours aux modes de garde… ». Leur réduction « nuira directement à l’égalité femmes / hommes et à l’emploi ».

 On le voit, la récrimination de l’UNAF est plus inspirée par des motifs idéologiques que par le souci des conditions réelles du bien être des familles…et du pays. Même si elle reconnaît que ces mesures doivent mener à une « baisse de la fécondité ».

 Plus, nulle part n’est évoqué l’injustice faite aux familles qui élevant des enfants, sont confrontées à des coûts que n’ont pas les autres : allocations et autres aides ne sont qu’une compensation que requiert la justice générale, puisque la fécondité contribue à la richesse nationale.

 


Par afs • Idéologies • Vendredi 02/02/2018 • Version imprimable

Perversité de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat

Ce sont les mots du Père Michel Viot, entré dans l’Église catholique après avoir été pasteur luthérien et dignitaire franc-maçon… qui, dans son blog[1] du 9 décembre 2017, commémore le « 112e anniversaire de la loi de spoliation de l’Église catholique » :

Séparer l’État de l’Église est une thèse absolument fausse et une très pernicieuse erreur. Basée, en effet, sur ce principe que l’État ne doit reconnaître aucun culte religieux, elle est tout d’abord très gravement injurieuse pour Dieu, car le créateur de l’homme est aussi le fondateur des sociétés humaines et il les conserve dans l’existence comme il nous soutient. Nous lui devons donc non seulement un culte privé, mais un culte public et social pour l’honorer.

Si en se séparant de l’Église, un État chrétien, quel qu’il soit, commet un acte éminemment funeste et blâmable, combien n’est-il pas à déplorer que la France se soit engagée dans cette voie, alors que, moins encore que toutes les autres nations, elle n’eût dû y entrer, pays dont la fortune et la gloire ont toujours été intimement unies à la pratique des mœurs chrétiennes et au respect de la religion.


Par afs • Idéologies • Vendredi 02/02/2018 • Version imprimable

Yoga, zen et autres… Vide profond

Tel est le titre d’une brochure diffusée par l’AFS en 1990. [1]

 

Un prêtre exorciste, dans un entretien avec l’Homme Nouveau (n° 1639 du 20 mai 2017), alerte sur les pratiques dangereuses de "bons catholiques" qui consultent voyantes, mages… et recourent à des pratiques (pendule…) qui sont autant de pièges tendus par le démon et dont ils subissent les effets. « Il en est de même, ajoute-t-il, pour la pratique active de la méditation transcendantale, du yoga, du Nouvel-Âge et autre approche du "divin" qui est à l’inverse de la démarche chrétienne ; cela laisse des traces. » Leurs adeptes avancent que ce ne sont que des techniques, des méthodes qui, en tant que telles, sont neutres.

 

Serge Abad-Gallardo, franc-maçon 18e degré converti, a clairement démontré dans son témoignage Je servais Lucifer sans le savoir comment rites et pratiques façonnent progressivement, nous dirions aujourd’hui "formatent", l’esprit pour le conduire hors des voies du salut.



[1] Brochure en vente à l’AFS (2 €)


Par afs • Idéologies • Lundi 11/12/2017 • Version imprimable

UN RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ?

QUESTIONS ET RÉPONSES POUR COMPRENDRE

 

→ plus
Par afs • Idéologies • Jeudi 05/11/2015 • Version imprimable

Recherche


Archive : tous les articles

DOCTRINE SOCIALE DE L'ÉGLISE


PHILOSOPHIE


Toutes les rubriques